L’ekranoplan, projet secret soviétique

Projet soviétique ultra-secret surnommé par les Américains “le monstre”, l’ekranoplane a fait cauchemarder les militaires américains durant la Guerre Froide (1947 – 1989). Un « ekranoplane » est un véhicule à effet de sol soviétique et russe. Il réalise un vol soutenu sur une surface plane (mer, désert, glace) en faisant appel à l’interaction aérodynamique entre les ailes et la surface, phénomène connu sous le nom “d’effet de sol”.

Sur une période de 15 ans le « Monstre de la mer Caspienne » a fait l’objet d’une série de tests avant de s’écraser en 1980. Le projet n’a pas connu de suite, mais a servi de base aux futurs ekranoplans.

L’ekranoplan, un monstre d’acier

Les ekranoplans sont apparus pendant la Guerre froide.

Au début des années 1950, l’ingénieur soviétique Rostislav Alekseïev imagine un nouveau type d’appareil : un hydravion spécialement conçu pour voler au ras de l’eau à grande vitesse.

Il demande alors des crédits, Nikita Khrouchtchev lui accorde. Pour concevoir la meilleure forme, l’ingénieur réalise des centaines de modèles réduits d’un mètre pour les tester de manière expérimentale.

Il les lance (à l’aide d’un toboggan) juste au-dessus de l’eau ; ce fut le plus stable qui fut développé.

Avec quatre-vingt-douze mètres de long et une envergure de 77,6 mètres, c’était la plus grande machine volante avant l’apparition de l’An-225 Mriya en 1988.

Développement prometteur du concept Ekranoplan

L’un des « descendants » du Monstre de la Capsienne était l’Orlionok (« petit aigle »).

Il transportait jusqu’à 150 membres d’équipage ou deux véhicules de combat d’infanterie.

L’Orlionok pouvait décoller et atterrir même dans une tempête de force 5.

L’ekranoplan Lun-classe, qui est apparu en 1986, a suscité de nombreuses inquiétudes parmi les militaires américains.

Avec ses soixante-treize mètres de long, il possédait une vitesse de croisière supérieure à 500 km/h. Aussi puissant qu’un croiseur lance-missiles, mais cinq fois plus rapide, un Lun armé de missiles de croisière antinavires P-270 Moskit pouvait représenter un danger pour n’importe quel groupe aéronaval missile cruiser.

Conclusion

L’ekranoplan, projet secret soviétique qui devait faire gagner la guerre au camp du Pacte de Varsovie, n’aura finalement jamais servi.

Cependant, la production d’ekranoplans s’est poursuivie après la chute de l’Union soviétique.

Actuellement, la Russie envisage à nouveau de fabriquer des ekranoplans multifonctions lourds à des fins civiles et militaires.

Laisser un commentaire