La Santeria : spiritualité cubaine

La Santeria est une religion cubaine dérivée de la religion Yoruba. La traite négrière a amené des esclaves africains sur le continent américain. Ces esclaves continuaient à pratiquer leurs cultes ancestraux en les mêlant aux croyances des missionnaires catholiques. Ainsi était née la Santeria, spiritualité cubaine.

Certains auteurs pensent que les esclaves tentaient alors de duper l’église en vénérant l’Orisha derrière un saint officiel.

Ainsi à Cuba, quand les Santeros fréquentent les églises et accomplissent des actes de dévotion chrétiens, ils adorent en même temps leur divinité.

Ils espèrent ainsi se concilier la protection des deux.

Comment fonctionne la Santeria spiritualité cubaine si méconnue ?

Un dieu suprême Olodumare, source de l’ashé domine la religion Yoruba — l’énergie spirituelle de l’Univers.  Il a envoyé sur Terre des émissaires, demi-dieux humains, appelés Orishas qui sont la personnification de la nature.

Les orishás veillent à ce que chaque mortel accomplisse le destin qui lui a été assigné à sa naissance. Ceux qui ne l’accomplissent pas suivent le cycle des réincarnations successives. Cette croyance est semblable à celle de l’hindouisme et du bouddhisme.

Les babalawos sont des prêtres qui ont intégré Orula (ou Orunmila) qui est une divinité. Ce sont des devins qui lisent l’avenir au moyen de noix. Le plus souvent à l’aide de noix de palme, ou d’un opelé, chaîne de 8 demi-noix. C’est à partir de leur manière de retomber (côté convexe ou concave) qu’on détermine les signes appelés oddus.

Il y a 256 oddus ; à chacun correspondent un orisha particulier, des chants, des prières, des interdits et des conseils

Quelques Orishas de la Santeria

On en compte 24 principaux à Cuba contre un nombre incalculable en Afrique. Nous n’en citerons que quelques-uns.

Obatalá (roi au pagne blanc). Envoyé par Olodumare pour créer la Terre et offrir l’esprit et les rêves à l’homme. Il personnifie la paix, la sagesse, les songes, la créativité. On l’associe à Notre-Dame des Grâces. Sa couleur : blanc

Ochún ou Oshún, déesse de la sexualité féminine, de la féminité. Elle est l’épouse d’Orula. On l’associe à la sainte Vierge de la Caridad del Cobre (sainte patronne de Cuba). Sa couleur : jaune représentant l’or.

Oggun a comme attribut le fer car il est un dieu guerrier et forgeron, il fourbit les armes et patronne la technologie en général. C’est un grand chasseur qui connait les herbes magiques. On l’associe à saint Pierre, saint Paul ou saint Jean-Baptiste entre autres, suivant les endroits. Ses couleurs sont: violet, vert et noir.

Conclusion

Les 60 années de dictature marxiste n’ont pas suffi à éradiquer les cultes ancestraux à Cuba.

La Santeria est un moyen d’étudier les mœurs et les coutumes d’une partie de la population cubaine attachée à ses racines africaines.

Ce culte semble revenir en force de nos jours notamment chez les jeunes attirés par un chemin spirituel.

Après tout, André Malraux avait bien prophétisé : “Le XXI ème siècle sera spirituel ou ne sera pas”.

La spiritualité semble lentement retrouver des couleurs sous le soleil de Cuba.

Laisser un commentaire